vendredi 28 janvier 2011

MAX DAIREAUX : "LA FONDATION D'UNE REVUE"

J'aurai l'occasion de donner, dans quelques semaines, la description de plusieurs numéros des RUBRIQUES NOUVELLES de Nicolas Beauduin ; aujourd'hui, je me contenterai de reproduire un récit de Max Daireaux, qui y parut. Cet ami de Marcel Proust devait partager avec ce dernier une identique aversion pour l'obscurité symboliste, ce qui explique le ton satyrique de la fiction qu'on va lire, fiction où la coruscance des noms rappelle peut-être quelques-uns des protagonistes du mouvement de 1886, dans une ambiance plus contemporaine mêlée d'unanimisme et d'art social. Au lecteur de lever les masques.
LA FONDATION D'UNE REVUE
Dans une chambre exiguë et convenablement enfumée du quartier Montparnasse, quelques jeunes "espoirs de la littérature" se réunissaient chaque soir pour échanger des idées.

L'élévation de leurs vues provenait surtout de la hauteur du pigeonnier, sis au sixième étage, d'une maison sordide, où leur cénacle avait fait son nid.

Ils étaient tous à l'âge des espoirs fougueux, des convictions bruyantes ; il y avait là des emballeurs, des entraîneurs, des convaincus, des apôtres et des blasphémateurs.

On y rencontrait, chaque soir, des poètes qui portaient l'Infini sur les ailes éployées de leurs grands chapeaux mous, des philosophes refusés à l'école normale et qui s'appuyaient sur l'absolu comme sur un gros gourdin, des chartistes silencieux au teint de parchemin mâché, des licenciés licencieux, des romanciers faméliques qui n'avaient pas trouvé, comme leurs confrères les poètes, une place à l'Assistance publique pour faire "bouffer leur Muse".

On y voyait aussi deux ou trois femmes maigres, qui criaient plus fort que les hommes, qui sabraient tout, les unes avec de gros mots parce qu'elles étudiaient la médecine, d'autres avec des gestes prétentieux, parce qu'elles savaient l'anglais. Il y avait une négresse aussi. On ne savait pas très bien à qui elles appartenaient, peut-être n'était-ce pas toujours aux mêmes.

Ce soir-là l'animation était forte. Garrigou, ancien débardeur, à qui une pièce reçues à l'Odéon donnait la situation d'homme arrivé, parlait très fort. Troicardas, que l'on appelait aussi Socrate, et qui se croyait orateur, voulait qu'on l'écoutât. Antoine Labille, un timide à barbe blonde, qui avait mis ses yeux bleus sous verre, répétait sans cesse : "Moi, je crois... moi, je crois..." sans jamais pouvoir aller plus loin.

C'est que Rodolphe-Napoléon Bourgeois venait de proposer la fondation d'une nouvelle revue. Il apportait les fonds.

R.-N. Bourgeois avait les stigmates indiscutables de la fortune ; ses mains étaient propres, sa cravate discrète, et une raie, terriblement médiane, divisait ses cheveux avec une équité toute américaine et déjà directoriale.

A peine eut-il émis son projet que des cris divers partirent. - Moi, je ferai la critique dramatique, dit Garrigou ; moi, la critique littéraire, dit Troicardas ; moi, la critique artistique, dit Labille ; moi, la quitique des quitiques, hurla la négresse !

Ces jeunes littérateurs ne rêvaient que de morigéner leurs anciens, et d'asseoir leurs examinateurs d'hier au banc des élèves. Dépositaires de la Vérité, ils préféraient l'indiquer aux barbes blanches plutôt que d'en faire usage eux-mêmes.

Les bocks s'entrechoquèrent avec violence quand Bourgeois prononça : Nous serons hebdomadaires !

Cela donna lieu à une explosion nouvelle et assourdissante d'enthousiasme et d'idées généreuses.

- Nous ferons une campagne pour l'augmentation des salaires, clama Garrigou.

- Pour les retraites ouvrières, hurla Socrate, et il fit un discours électoral que personne n'écouta, mais, au cours duquel, il récita trois cents vers de Victor Hugo, et douze pages d'Alphonse Karr, car il avait une mémoire prodigieuse.

- Et sur l'impôt sur le revenu, ajouta Petrus Pépi, qui vivait de la charité publique.

- Et sur la propriété littéraire à l'étranger, glapit Bourba, dit le singe, dont la petite amie, une étudiante russe et nihiliste, venait de partir avec un pharmacien.

- Et sur l'exploitation du travail par le capital, ajouta la négresse.

- Mais, combien paiera-t-on les rédacteurs ? demanda le gros Onésime Chapon, à qui ses parents, épiciers retraités, faisaient une rente de 180 francs par mois...

Des vociférations indignées couvrirent sa voix ; les salaires des égoutiers, l'exploitation du travail, la propriété littéraire, soit ! mais payer les rédacteurs ? Pour étouffer leur colère, les moins enragés durent vider plus de sept bocks ; les autres eussent fait un mauvais parti à Onésime, si celui-ci n'avait jugé prudent de s'esquiver, d'abord.
Les voix montaient toujours ; les pipes étaient les locomotives de ce train d'enfer. Au bout d'une heure, il fut décidé qu'on tirerait à cinq mille, qu'on démolirait la Revue des Deux-Mondes, que Loti ne savait pas écrire, que Renan était mort, que Zola était un Dieu, et Shakespeare un imbécile ; Garrigou accabla Barrès, Troicardas s'attaqua à Henri de Régnier et la négresse, sans doute par jalousie féminine, s'en prit à Mme de Noailles.

Les divagations se faisaient de plus en plus confuses et métaphysiques, le brouhaha était assourdissant, la fumée des pipes, âcre, lourde, opaque, traînait impénétrable, la bière répandue salissait les tables, les habits, le tapis...

Une lampe s'était éteinte, l'autre éclairait à peine. Bourba s'était endormi sur les genoux de la négresse, Troicardas parlait toujours, Garrigou lisait une tragédie, les autres péroraient, discutaient, brâmaient. Les femmes piaillaient.

L'atmosphère était pesante, grasse, malodorante, obscure, unanime, et si l'on peut dire : symbolique.

La revue était fondée.
MAX DAIREAUX.

mercredi 26 janvier 2011

L'ILE SONNANTE N°28 - AVRIL 1913

L'ILE SONNANTE
N°28 (Avril 1913)
[Date de publication : Avril 1913 - Couverture : Année (4e), Numéro, Date, Titre (en rouge), Sous-titre, Périodicité, Sommaire, Prix du numéro, Adresses (Direction et Administration) - 2e de couverture : Titre, Adresse, Rédaction ("Le Mardi soir de 8 h. à 10 h. (sauf du 1er Mai au 1er Octobre)"), "Toutes les communications relatives à la rédaction devront être adressées à M. Michel Puy, 21, rue Rousselet, Paris (VIIe)", "Tout ce qui concerne l'administration de la Revue (abonnements, mandats, demandes de numéros), devra être adressé à MM. Georges Crès et Cie, édit., 3, place de la Sorbonne, Paris (Ve)", Direction, Comité de Rédaction, "Les auteurs sont seuls responsables de leurs articles", "Les manuscrits seront retournés aux auteurs qui en feront la demande, mais l'Administration de la Revue décline toute responsabilité en ce qui concerne les manuscrits qui viendraient à être perdus ou détruits.", "L'Ile Sonnante paraît 6 fois par an : les 1er février, 1er avril, 1er juin, 1er août, 1er octobre et 1er décembre", Abonnement - 3e de couverture : Georges Crès et Cie, place de la Sorbonne, 3 et 3bis, Paris (Ve), "Collection de La Phalange (J.-A. Nau : Vers la fée Viviane. 2 " ; Jean Royère : Sœur de Narcisse nue. 3 50 ; G. Mérédith : Amour Moderne (Traduction Fontainas). 2 " ; René d'Avril : Les Impalpables. 2 " ; Claude Odilé : Chants. 1 50 / Vient de paraître : Henri Hertz : Les Apartés. 3 50), "Soldes : Le Nouveau Calendrier des Grands Hommes (Biographie des 558 personnages de tous les temps et de toutes les Nations qui figurent dans le Calendrier positiviste d'Auguste Comte. Traduit de l'anglais par Ch. Avezac-Lavigne. Paris, 1895...) / Nourrisson : J.-J. Rousseau et le Rousseauisme. Paris, 1903, beau volume in-8 broché (au lieu de 7 fr. 50) 2 fr. 50" - 4e de couverture : Georges Crès et Cie, place de la Sorbonne, 3 et 3bis, Paris (Ve). Les Poètes de notre Temps (Albert Jean : La pluie au Printemps fr 3.50 / L'ombre des fumées fr. 3.50 / Annibal de Montchanut : Vieil Hypocras au Vin de Beaune fr. 3.50 / Athanassiades : Petites Élégies fr 2.00 / Chuzewile : La route poudroie fr. 3.00 ; Guyon : Les Pâques Païennes fr. 3.50 / Hennequin : La terre Poitevine fr. 3.50 / Jouve : Présences, 1re série fr. 3.50 / Georges Fourest : La Négresse Blonde fr. 3.50 (Édition revue et augmentée. Georges Fourest en qui Pierre Mille saluait naguère le plus riche, le plus somptueux, le plus truculent des artisans du grand vers romantique et parnassien) / Jacques Vaillant : Hector, drame fr. 2.00 / Bibliothèque de L'Occident / F.-P. Alibert : Le Buisson Ardent, tiré à 250 exemplaires numérotés (détail du tirage) // Nos Portraits (Nous tenons à la disposition des amateurs une série de Portraits de Paul Verlaine, Charles Baudelaire, Villiers de l'Isle-Adam, Remy de Gourmont, Émile Verhaeren, Maurice Barrès, Henri de Régnier, J.-K. Huysmans, Stendhal, Pierre Louys, J. Barbey d'Aurevilly, J.-J. Rousseau, Mme de Warens, etc., dessinés et gravés sur bois par P.-E. Vibert. Ces portraits tirés à 25 ex. sur viux japon, à grande marge, signés et numérotés par l'artiste, se vendent séparément au prix de 20 fr.) - page [96] : Georges Crès et Cie, place de la Sorbonne, 3 et 3bis, Paris (Ve). René Boylesve / Les Bains de Bade avec six gravures originales et des ornements divers par A. Rassenfosse / Beau volume petit in-8 (27 1/2 x 20 1/2) tiré à 225 exemplaires numérotés à la presse dont 25 ex. sur Japon avec double suite des gravures (Souscrits) et 200 exemplaires sur Hollande à 60 francs / Il ne reste de ces derniers qu'un petit nombre d'exemplaires // Les Maîtres du Livre / Quatrième Série (En préparation) / (Maurice Barrès : Sous l'œil des Barbares 7 50 ; Théophile Gautier : Émaux et Camées 7 50 ; Léon Bloy : Le Désespéré 9 " ; Remy de Gourmont : Lettres d'un Satyre 7 50 ; Pierre Louÿs : Aphrodite 7 50 ; Benjamin Constant : Adolphe 7 50 ; Abbé Prévost : Manon Lescaut 7 50) / La souscription aux 7 volumes est fixée à cinquante francs (au lieu de 54 francs les volumes pris séparément). - Pagination : 48 pages]
Sommaire
Maurice de Faramond : Diane de Poitiers (Essai de Tragi-Comédie historique, représenté aux samedis de l'Odéon, juin 1911), pièce [Finale du 1er acte (fragment)] (p. [49]-54)
André Salmon : Le Mort et sa Servante, poème (p. [55])

Louis Pergaud : Le chien empoisonné [Extrait du Roman de Miraut, à paraître prochainement] (p. [56]-60)

Paul Vimereu : Solitude, poème (p. [61]-62)

Charles Callet : Les Taureaux d'Arthur (p. [63]-66)

Fernand Divoire : Ronde des Signes [(A Louis Richard-Mounet)] (p. [67])
Roger Frène : Poèmes : Crépuscule (p. [68]), Silence d'Automne (p. 69), Le vieil ami (p. 70)
Henry Dérieux : L'automne et l'abondance [A. V. Crozet] (p. [71]-72)
Henri Strentz : Poèmes : Lied (p. [73]-74), Chanson de fou (p. 74-75)

Louis Thêne : Le don nuptial, poème [Pour Auguste Pullès ; en épigraphe, citation de H. Bataille : "...En ce corps, qui se donne à la métamorphose / Dans une souveraine allégresse de vierge" ; Les Vierges voluptueuses, 1912] (p. [76]-77)

Marcel Martinet : Éclectisme et justice (p. [78]-80)

Tristan Derême : Souvenirs, poème (p. [81]-83)
CHRONIQUES
Louis Pergaud  : Les Romans [Une tragique enfance, par Maxime Gorki, traduit d'après le manuscrit, par Serge Persky (Calmann Lévy) - p. [84]-85 ; Tendres canailles, par André Salmon (Ollendorff) - p. 85-86 ; Celui qui s'endurcit, par Robert Randau (Sansot) - p. 86 ; A l'ombre des grandes ailes, par Sylvain Bonmariage (Figuière) - p. 86-87 ; Les abeilles, par Yvonne Durand (Le Temps présent) ; Mémento (Rose Amy, enfant... ; L'Homme aux deux âmes... ; Mon agneau, les loups et moi... ; Le Livre de la Bien aimée...) - p. 87] (p. [84]-87)

Roger Frène : Les Revues [La ténacité de plusieurs confrères à se vouloir des celtes purs, malgré toutes les probabilités du monde pour qu'ils aient une sérieuse dose de sang romain dans les veines, est pour le moins curieuse, car elle se heurte à un fait : l'invasion... ; Les pages que Charles Callet nous fait connaître de son père, Auguste Callet, sont d'un excellent écrivain (...) il se montre indigné du mercantilisme et de la hâte qu'accusent les oeuvres d'un Balzac (Entretiens Idéalistes)... ; Les Bandeaux d'Or valent par une esthétique fermement novatrice. Les chroniques y sont vivantes et pleines d'un heureux parti-pris. Rien de froid ici. Castiaux, Arcos, Jouve et Chennevière animent le dernier numéro, très significatif, de leurs opinions et analyses... ; Poème et Drame a publié deux importants et beaux poèmes, l'un de L. Mandin (...) l'autre de G. Apollinaire, plein de curieuses et belles images... ; Memento (Lire dans les Horizons, les vers de Martinet... ; dans Pan, un conte très verveux de Marc Stéphane ; dans Rythm, les lettres de France de Derême et de Carco ; dans le Parthénon, un conte de Faramond ; dans la Nouvelle Revue Française, la belle chronique de Suarès sur Villon... ; Le Florilège publie de jolis vers de Marie Gevers] (p. [88]-90)
R[oger]. F[rène]., M[ichel]. P[uy]., R. S. : Notes [Du rythme, signé R. F. - p. [91]-92 ; Les monuments aux poètes, signé M. P. - p. 92-93 ; Bibliophilie : Édouard Pelletan, signé R. S. - p. 94-95 ; Une Anthologie des poètes fantaisistes paraîtra prochainement par les soins de Francis Carco et Tristan Derême... ; Revues nouvelles. - La Revue des Nations, organe de la Ligue celtique française (Figuière, éditeur). Le Gay sçavoir, 24 rue de Chazelles, Paris. Rédaction : Dominique Combette, Ernest Dufour, René Morand, Maurice Pillet, Henri Strentz ; La Fédération internationale pour la culture française organise un nouveau congrès qui se tiendra à Gand, en 1913, pendant l'Exposition universelle..., ces trois dernières notes non signées - p. 95]  (p. [91]-95)

L'ILE SONNANTE N°18 - JUILLET 1911

L'ILE SONNANTE
N°18 (Juillet 1911)
[Date de publication : Juillet 1911 - Couverture : Série (2e), Numéro, Date, Titre (en rouge), Sous-titre, Périodicité, Sommaire, Prix du numéro, Adresse - 2e de couverture : Titre, Adresse, Rédaction ("Le Mardi de 5 heures et demie à 7 heures et demie (sauf du 1er Mai au 1er Octobre)"), Comité de Rédaction, "Adresser toutes les communications à M. Michel Puy, 21, rue Rousselet, Paris (VIIe)", "Les manuscrits peuvent aussi être déposés chez MM. Charles Callet, 23, rue de Vaugirard, Paris, 6e (le samedi soir de 9 à 11 h.), Édouard Gazanion, 67, rue Caulaincourt, Paris, 18e (le mercredi de 5 à 7 h.), et Louis Pergaud, 3, rue Marguerin, Paris, 14e (les 2 premiers mercredis du mois, de 9 à 11 h. s.)", "Les auteurs sont seuls responsables de leurs articles", "Les manuscrits seront retournés aux auteurs qui en feront la demande, mais l'Administration de la Revue décline toute responsabilité en ce qui concerne les manuscrits qui viendraient à être perdus ou détruits.", "Les 10 numéros de la 2me série de L'Ile Sonnante paraîtront aux dates suivantes : 1er novembre et 1er décembre 1910, 1er janvier, 1er février, 1er mars, 1er avril, 1er mai, 1er juin, 1er juillet, 1er octobre et 1er décembre 1911", Abonnement, Abonnement d'essai (3 numéros : 1 franc) - 3e de couverture : Titre, Adresse, "Publie chaque année environ 300 pages in-8", Extrait des sommaires des deux premières séries, Publicités pour la "Galerie Marseille et Vildrac" et Le Courrier de la Presse - 4e de couverture : Service des Revues (suit la liste des revues reçues) - Pagination : 40 pages]

Sommaire
Marcel Martinet : Dédicace, poème (p. [233]-235)
Marc Stéphane : Le désastre de Cavalier à la Tour de Belot ["Ces pages sont extraites de Montrevel-Satan, 2eme cahier de l'Epopée camisarde, sous presse" - Mémoires d'un Camisard restitués] (p. [236]-242)

Léo Loups : Miliana, poème (p. [243])

Paul Vimereu : Les trois Uhlans (p. [244]-247)

Émile Zavie : Un de ces Soirs, poème [En épigraphe, citation de Frédéric Nietzsche : "- C'est le soir  qui s'interroge en moi. Pardonnez-moi ma tristesse. Le soir est venu ; pardonnez-moi que le soir soit venu"] (p. [248]-249)

Roger Frène : Aspects et Mouvements [Le bi-centenaire du porte-férule. - Il est assez étonnant que plusieurs jeunes littérateurs aient entrepris récemment la louange de Boileau : autant valait s'enthousiasmer non seulement pour la bonne et pure versification, mais pour l'étroitesse du jugement et du goût..." ; Le théâtre et notre scepticisme. - Le scepticisme, dans les arts, semble incapable de produire aucune grandeur, j'entends cette grandeur inspirée par la passion et qui nous enlève à nous-mêmes parce qu'elle ne calcule pas..." ; Danse des Morts. - Voici des posthumes de Renée Vivien : trois petits volumes qu'on met une heure à lire..."] (p. [250]-254)
Jean Fabre : "En Altera quae vehat Argo", poème [Nocturnes, II] (p. [255])
Georges Rouault : Sur l'Art et sur la Vie ["La grandeur humaine est la négation de ce que les hommes disent généralement grand et admirable..." ; Le Modèle. - Venu de Rome, de Belleville ou de Grenelle, il va à l'instant être Jésus...] (p. [256]-259)
CHRONIQUES
Tristan Derême  : Les Poèmes [Francis Carco. - Instincts (Le Feu) - p. [260]-261 ; Lucien Rolmer. - Le second volume des chants perdus (Mercure) - p. 262-263 ; René Arcos. - Ce qui naît (Figuière) - p. 263-265 ; Marcel Martinet. - Le jeune homme et la vie (L'Édition de Paris) - aucune recension en réalité ; Jacques Hébertot. - Poèmes de mon pays (L'âme normande) ; Jean Azais. - Les mois qui pleurent ; Georges Walder. - La Chimère (l'Estrade) ; Paul Lieutier. - Les heures fugitives (Sansot) ; Albert Puyrigaud. - Des ronds sur l'eau (L'âme normande) ; Sidi Kassem. - Les chants du Nadir (Daragon) ; Henry Maassen. - Les marches arides (Société Belge d'éditions) ; Les sanglantes (Marcel Rivière) ; Nicolas Beauduin. - Les deux règnes (Les rubriques nouvelles) - Un court paragraphe pour l'ensemble des 9 autres volumes - p. 265] (p. [260]-265)

Louis Pergaud : Les Romans [Les Sept Pendus et la Vie d'un Pope, par Léonid Andréief, traduit par Serge Persky - p. [266]-267 ; Les Rameurs, par Georges Périn - p. 267; Augurales et Talismans, par Sébastien Voirol - p. 267-268 ; Les Lunettes et autres contes inédits, d'Edgar Poë - p. 268 ; Isabel ou Le Poignard d'argent - p. 268 ; La Liseuse, par Léon Frapié ; Faits divers, par Ch.-L. Philippe - p. 269 ; Les Patibulaires, par Jean et Paul Fiolle - p. 269-270 ; Loïk, par Louis Alibert - p. 270] (p. [266]-270)
T[ristan]. D[erême]., P[aul]. V[imereu]., L[ouis]. P[ergaud]. : Notes [M. Jean-Marc Bernard, les classiques et la zoologie, signé T. D. - p. [271] ; Un drame de Dostoiewski, signé P. V. - p. [271]-272 ; Garçon ! de quoi écrire !, signé L. P. - p. 272]  (p. [271]-272)

dimanche 23 janvier 2011

L'ART LIBRE N°18 - ÉTÉ 1911

L'ART LIBRE
N°18 (Été 1911)
[Date de publication : Été 1911 - Couverture : Titre, Sous-Titre ("Revue Mensuelle de Littérature et d'Art"), Sommaire, Marque (illustration représentant un chevalier armé), Adresse, Prix du N°, Date - 2e de couverture : Titre, Périodicité, Adresse, Directeur, Secrétaires de la rédaction, "Ont collaboré jusqu'à ce jour à L'Art Libre" (suit la liste des collaborateurs), Mentions ("L'Art Libre ne publie que de l'inédit. / Les auteurs sont responsables de leurs écrits et la Rédaction ne s'engage que pour les articles signés d'elle. Les manuscrits non insérés ne sont pas rendus. Les droits de traduction et de reproduction sont réservés pour tous pays. / Il est rendu compte de tout ouvrage reçu. Nous prions MM. les Auteurs et Directeurs de journaux et revues d'adresser leurs envois aux titulaires des chroniques correspondant au caractère de leurs ouvrages, à L'Art Libre, 1, quai Rambaud : / Chroniques / Littérature, Philosophie : Joseph Billiet. - Les Romans : Antoine Vicard. - Les Poèmes : Henry Dérieux. - Littérature dramatique : Joseph Gravier. - Publications d'Art : René Vachia. - Les Revues : Paul Æschimann. - Notes : Louis Lenfant. - Chronique slave : William Ritter.") - 3e de couverture : Bibliographie. Service des Revues (suit la liste des titres reçus) - 4e de couverture : Titre, Périodicité, Adresse, "Le prix de l'abonnement à L'Art Libre est fixé à 10 francs par an pour la France et l'Étranger. Les demandes d'abonnement doivent être adressées, accompagnées d'un bon de poste, à M. Louis Billiet, administrateur. Les demandes de renseignements et toutes communications relatives aux éditions, doivent être également adressées à M. l'Administrateur. / Bibliothèque de L'Art Libre / Déjà paru : Henry Béraud. - François Vernay, peintre lyonnais (1821-1896) ; Opinions et Tendances, 1er fascicule. G.-Joseph Gros. - Les Yeux pleins de larmes, poèmes. Henry Dérieux. - Le Sable d'Or, poèmes. Joseph Billiet. - Introduction à la Vie solitaire ; Les Visages de l'Égypte, préface de Paul Adam (Eugène Figuière, éd., 7, rue Corneille, Paris) / Pour paraître : René Vachia. - Flûteries d'Automne. G.-Joseph Gros. - Douze mois d'adolescence. Henry Dérieux. - Le regard derrière l'épaule. Henry Béraud. - Opinions et Tendances. Joseph Billiet. - Narcisse sentimental - Page [593] : En-tête (3e Année, Numéro 18, Été 910) - Pagination : 32 pages]
Sommaire
Joseph Billiet : Testament (p. [593]-595)
Frédéric Guitard : Café-concert arabe (p. 596-598)

Gabriel Paysan : Le familier des cimes, poème [A Joseph Gravier] (p. 598-601)

Francis Carco : Poème (p. 602)

Joseph Billiet : Départs [A Théo Varlet - daté "avril 1910"] (p. 602-606)
LES RENAISSANCES
L'enquête que nous avons ouverte, sur la question des Renaissances, a eu dans le monde des jeunes littérateurs, le retentissement attendu.
Voici, dans l'ordre où elles sont parvenues, les réponses qui ont été adressées à notre directeur :
Réponses de : Charles Vildrac (p. 607-609), Léon Werth (p. 609), René Arcos (p. 609-610), Nicolas Beauduin (p. 610), Jean Richard, Directeur de l'Effort (p. 610-614), Jean-Marc Bernard (p. 614-615), Olivier Bag, Directeur des Marches du Sud-Ouest (p. 615-617)
Joseph Billiet : Conclusion [en épigraphe, citation de Charles-Louis Philippe : "Maintenant il faut des barbares. Il faut qu'on ait vécu très près de Dieu sans l'avoir étudié dans les livres, il faut qu'on ait une vision de la vie naturelle, que l'on ait de la force, de la rage même. Le temps de la douceur et du dilettantisme est passé. C'est aujourd'hui le commencement du temps de la passion."] (p. 618-620)
Joseph Billiet : Littérature [Tancrède de Visan : L'attitude du Lyrisme contemporain (Paris, Mercure de France), p. 621-622. - Robert Scheffer : Plumes d'oies et plumes d'aigles (édition de Pan). - André Gide : Charles-Louis Philippe (Figuière et Cie, éditeurs), p. 622] (p. 621-622)
Henry Dérieux  : Les Poèmes [Paul Claudel : Cinq grandes odes suivies d'un Processionnal pour saluer le siècle nouveau (Bibliothèque de l'Occident) - Albert Erlande : Le Poème royal (Mercure de France), p. 623 - Théo Varlet : Poèmes choisis (chez l'auteur, à Cassis) - Paul Feuillâtre : Le jeu de l'amour et du désespoir (La Belle Édition) - J.-G. Jordaens : Post... animal triste (id.) - P. de Bouchaud : Le Luth doré (Bernard Grasset) - Joseph Mélon : La Maison vers le Lac (Cahiers de la quinzaine) - Jean Azaïs : Les Mois qui pleurent, p. 624] (p. 623-624)

Document
TESTAMENT
Ceci est notre testament et notre épitaphe. Ici meurt L'Art Libre. Il se peut qu'un avenir plus favorable nous rassemble à nouveau sous son titre, qu'un seul d'entre nous même en assume une nouvelle réalisation. Pour ceux qui le fondèrent, l'œuvre de ces deux années s'arrête à ce jour. Les nécessités de la vie dispersent notre groupe : plusieurs partent au régiment et le directeur s'exile au Caucase, car, à moins d'être fonctionnaire ou rentier, il est impossible à un poète de subsister sur le sol français. Les plus jeunes qui sont venus récemment à nous, effrayés des difficultés qui composent l'existence d'une revue, ne peuvent reprendre le fardeau.

Nous devons en mourant faire notre examen de conscience. Avons-nous répondu à nos promesses. Certes, il nous est arrivé parfois de publier de faibles pages : les excellentes sont si rares ! Rendons-nous cette justice que notre critique s'est toujours tenue dans une honorable sévérité. Nous avons signalé tous les livres intéressants qui nous sont parvenus, toutes les tentatives que nous avons connues. Nous avons révélé des talents jeunes : les nôtres, ceux de nos amis.

De ce groupe assemblé autour d'un idéal : un raid à accomplir dans le désert lyonnais, - le souvenir restera de quelques gestes, de voix différentes mais unies, de tempéraments ingénument essayés, d'un courage ! Pour n'aboutir à nul triomphe, notre caravane s'enorgueillit pourtant de quelques affirmations, s'enrichit de quelques conquêtes. Dispersés, nous garderons le souvenir de l'atmosphère où nous vécûmes, fervents d'action. Nous y puiserons peut-être un enthousiasme pour les gestes que désormais nous accomplirons, seuls.

A vivre parmi nos frères avec quelque publicité, nous avons acquis une maturité et quelque assurance. Un autre profit, nous ne le cherchions pas. A Lyon, pour réussir, il faut être médiocre : nous n'avons pas réussi. Nous savons donc ne rien attendre de ceux dont le hasard nous fit compatriotes. Ils nous convient de nous déraciner d'un sol qui nous étouffe. Lyon n'est pas une patrie, qui, sans harmonie de ses colons à son site, refuse aux poumons avides une atmosphère de maison louche où trafiquent des financiers.

Colonie de publicains romains, Lyon, depuis deux mille ans, contient en ses maisons peu changées deux éléments différents : Celtes rêveurs et mystiques, fantasques, indolents, insatisfaits, et Latins rapaces qui supputent et pèsent, vivent d'argent et pour l'argent. D'incessantes invasions ont accru ce dernier groupe de recrues germaniques ou sémites.

On nous a reproché de n'avoir pas fait une revue lyonnaise, sans comprendre que seuls, peut-être, et sans y prétendre, nos chants exprimaient mieux que toutes théoriques affirmations l'âme du paysage lyonnais. N'est-il pas évident, d'ailleurs, que les plus Lyonnais de nos peintres lyonnais, les Vernay, les Carrand, les Guichard, les Puvis de Chavannes, restent incompris d'un public qui veut en art une impersonnelle marchandise, article d'exportation : Orsel, Meissonier, Chenavard, et d'autres que je n'ose nommer.

Il ne peut plus exister une âme lyonnaise ; nous l'eussions rencontrée dans nos recherches au jardin des âmes : nous n'avons trouvé qu'une banque où notre monnaie idéale nous fut déclarée n'avoir pas cours. Il convient de remercier ceux dont l'odeur, enfin reconnue, nous avertit.

Nous avions cru, aux apparences de nos voisins accroupis, vivre dans un temple et voici que nous nous réveillons au milieu d'un marché. Il n'est plus de notre temps de chasser du temple les vendeurs ; aussi bien ils sont trop et féconds en petits. Le geste ne pourrait être efficace et il est préférable d'espérer l'éclosion de suffisants énergumènes, que nous - ou d'autres - puissions changer de la besogne d'assainissement.

En attendant, chacun de nous s'appliquera en son temple intérieur à perfectionner ses différences tant détestées, où qu'il vive, fût-ce à Lyon, puisqu'aussi bien pour nous, c'est Lyon même et son uniforme hypocrisie qui nous les révélèrent. République de métèques et de pharisiens, sans même l'apparat de sa richesse, cité veule où la propreté même semble un luxe inutile, Lyon croupit au bord de ses fleuves, suppure aux flancs de ses collines ; et pourtant le soleil revêt d'or vert, de soie mauve, les brumes qui traînent, attristées, vœux plaintifs de la terre avilie qui se voile à la face du ciel.
JOSEPH BILLIET.

samedi 22 janvier 2011

L'ART LIBRE N°7 - AVRIL 1910

[Titre : L'ART LIBRE - Sous-titre : Littérature - Art - Philosophie puis Revue mensuelle de Littérature et d'Art - Dates de publication : Octobre 1909 (n°1) à Été 1911 (n°18) - Périodicité : mensuelle - Lieu de publication : Lyon - Format : 165 x 250 mm - Couverture : imprimée en rouge sur couverture crème - Pagination :  variable ; pagination suivie - Prix et abonnements : Le numéro mensuel = 1 franc ; Abonnement (France et Étranger) = 10 francs - Directeur-Gérant : Joseph Billiet - Secrétaires de la rédaction : Henry Dérieux et Gabriel-Joseph Gros - Collaborateurs : Paul Æschimann, Roger Allard, René Arcos, Alexandre Arnoux, Georges Batault, Fernand Benoît, Henry Béraud, Jean-Marc Bernard, Joseph Billiet, Léon Bocquet, Pierre de Bouchaud, Francis Carco, Jean Cheyre, Paul Claudel, Louis Darmet, Pierre Combet-Descombes, Jean Choux, Guy-Charles Cros, Henry Dérieux, Fabrice Didier, Georges Duhamel, Luc Durtain, Manuel Férard, Édouard Gazanion, Marcel Genevrière, Albert Gleizes, Joseph Gravier, G.-Joseph Gros, Gaston Guilleré, Frédéric Guitard, Augustin Hamon, Joseph Imbert-Vier, Louis Lenfant, Henry Maassen, Alexandre Mercereau, Louis Mercier, Marius Mermillon, Marcel Montandon, Jean Pagès, Gabriel Paysan, Georges Périn, Louis Pize, Henri de Régnier, H.-G. de Riaz, Paul Rioux, William Ritter, Jacques Rivière, Jules Romains, Han Ryner, André Saget, Charles Sénard, André Spire, Marc Stéphane, René Vachia, Théo Varlet, Jean-Louis Vaudoyer, Léon Vérane, Émile Verhaeren, Antoine Vicard, Francis Vielé-Griffin, Charles Vildrac, Tancrède de Visan, Vaghya Zulima - Adresse : 1, Quai Rambaud, Lyon - Imprimé sur les presses de l'Imprimerie A. Geneste, 71, rue Molière, Lyon]
L'ART LIBRE
N°7 (Avril 1910)
[Date de publication : Avril 1910 - Couverture : Titre, Sous-Titre, Périodicité, Sommaire, Marque (illustration représentant un chevalier armé), Adresse, Prix du N°, Date - 2e de couverture : Titre, Périodicité, Adresse, Directeur, Secrétaires de la rédaction, "Ont collaboré jusqu'à ce jour à L'Art Libre" (suit la liste des collaborateurs), Mentions ("L'Art Libre ne publie que de l'inédit. / Les auteurs sont responsables de leurs écrits et la Rédaction ne s'engage que pour les articles signés d'elle. Les manuscrits non insérés ne sont pas rendus. / Les droits de traduction et de reproduction sont réservés pour tous pays. / Le prix de l'abonnement à L'Art Libre est fixé à 10 francs par an pour la France et l'Étranger. Tout abonné a droit à l'entrée gratuite aux Conférences et Expositions organisées par la Revue ; il recevra sans augmentation de prix les numéros doubles, ainsi que les suppléments. Les demandes d'abonnement doivent être adressées, accompagnées d'un bon de poste, à / M. le Directeur de L'Art Libre, 1, quai Rambaud, Lyon. / Les livres, les revues, les journaux, les manuscrits et toutes communications concernant la rédaction de L'Art Libre doivent être adressées à / M. le Secrétaire de la Rédaction, 1, quai Rambaud, Lyon / Il est rendu compte de tout ouvrage reçu. Il n'est fait d'échange et il n'est publié d'annonces que sous condition de réciprocité.") - 3e de couverture : Bibliographie. Service des Revues (suit la liste des titres reçus) - 4e de couverture : L'Art Libre / Librairie et Magasin d'Art / 57, rue Franklin, Lyon / Direction artistique : Adrien Bas - Joseph Billiet - Frédéric Guitard - Charles Sénard / Administrateur : Henry Béraud / L'Art Libre édite à des prix extrêmement modérés des ouvrages de toute sorte et se charge de toutes les publications d'Art : Albums - Revues - Journaux - Poèmes - Romans - Reproductions de Tableaux - Reliquaires - Catalogues - Plaquettes - etc. / L'Art Libre étendra parfois son champ d'action en organisant des expositions réservées le plus souvent à de jeunes artistes ou des rétrospectives de peintres oubliés ou morts sans gloire. / Pour obtenir tous renseignements relatifs aux tarifs d'édition et de librairie, écrire à la Librairie de L'Art Libre, 57, rue Franklin, Lyon. / Déjà paru Aux Éditions de l'Art Libre : Henry Béraud. - François Vernay, peintre lyonnais (1821-1896), sa vie, son œuvre, illustrations hors texte par Jacques Martin. G.-Joseph Gros. - Les Yeux pleins de larmes (poèmes). Joseph Billiet. - Introduction à la Vie solitaire. / Pour paraître prochainement : Joseph Billiet. - Les Visages de l'Égypte. G.-Joseph Gros. - Douze mois d'adolescence. Henry Béraud. - Opinions et Tendances. - Page [217] : En-tête (2e Année, Numéro 7, Avril 1910) - Pagination : 64 pages]
Sommaire
Henry Dérieux : L'Œuvre de Léon Dierx (p. [217]-245)
Paul Æschimann : Matinals, poème (p. 246-247)

Édouard Gazanion : Chansons pour celle qui n'est pas venue - Finale du deuxième groupe, poème [A Jules Romains] (p. 248-250)

René Vachia : [Poèmes :] Flûteries d'automne (p. 250-251) ; Banlieue (p. 251-252) ; Nostalgie (p. 252)

Joseph Billiet : Correspondances [A Luc Durtain] (p. 253-255)

Louis Lenfant : Cantiques, poème en prose (p. 256-257)
Fernand Benoît : Exorde (p. 258-261)
William Ritter : Chronique slave (p. 262-270)
Joseph Billiet, Henry Dérieux, Paul Æschimann, Gabriel-Joseph Gros, Louis Lenfant  : Les Livres [S.-U. Zanne. - Vingt quatre cours introductoires-préparatoires aux Principes et Éléments de Cosmosophie en Analyse de la Nature dans l'Homme et Synthèse de l'Homme dans la Nature (1910) - signé Joseph Billiet, p. 271-272 ; Guy Lavaud. - Du Livre de la Mort (édition de la Phalange, Paris) - signé Henry Dérieux, p. 272-274 ; Francis Éon. - Trois années, poésies (édition du Divan) - signé H[enry]. D[érieux]., p. 274-275 ; Louis Thomas. - Les douze Livres pour Lily (Les Bibliophiles fantaisistes, Dorbon aîné, éditeur, Paris, 1909) - signé J[oseph]. B[illiet]., p. 275 ; Jean-Marc Bernard. - Quelques essais, poèmes (Nouvelle Librairie Nationale, Paris, 1910) - signé H[enry]. D[érieux]., p. 275-276 ; Mena d'Albola. - Le Signe Double (Édition de l'œuvre d'art international) ; Georges Turpin. - Parcelles de Cœur et Feuilles mortes (Paris, L'Édition) - signés Paul Æschimann, p. 276 ; René Bizet. - Une Histoire (Éditions des Actes des Poètes, Paris, 1910) ; Marcel Prouille. - Les Plumes éparses (Édition de Chloé, Paris, 1910) - signés Gabriel-Joseph Gros, p. 276 ; H. Valmesnil. - Dorine ou le Roman d'un émigré (Roger et Chernoviz, éditeurs, Paris) - signé H[enry]. D[érieux]., p. 277 ; Marius Boisson. - L'Ame sceptique (édition libre de l'auteur) - signé Louis Lenfant, p. 277 ; A. Barrau et Ed. Lemé. - Émile Gaucher, sculpteur statuaire (Hors Commerce, 1910) - non signé, p. 277] (p. 271-277)

Paul Æschimann, H[enry]. D[érieux]., Louis Lenfant : Les Revues [La Nouvelle Revue Française (15 février 1910). - Celui qui, ne sachant rien de Charles-Louis Philippe, ouvrirait ce numéro de la Nouvelle Revue Française, entièrement consacré à l'auteur de Croquignole, ne pourrait s'empêcher de regretter et d'admirer à la fois un écrivain dont la tombe s'enguirlande de tels hommages... ; La Revue des Lettres et des Arts (1er mars 1910). - Au nom des "bons petits jeunes gens à longs cheveux des revues d'avant-garde", je remercie très sincèrement M. Louis de Romeuf. Jamais humoriste ne nous "esjouit" comme lui... - signés Paul Æschimann, p. 278 ; L'Ile Sonnante (5 mars). - A la mémoire d'une servante de Louis Haugmard, la Fin de Fuseline, de Louis Pergaud... ; La Flamme est à l'avant-garde des jeunes revues militantes. L'avant-dernier numéro, consacré tout entier à démasquer le bluff Chantecler, épuise vraiment le sujet... ; La Phalange (20 mars). - En même temps qu'il relève l'ignorance où sont les critiques académiques de toute la littérature actuelle, ignorance épanouie dans ce mot de Faguet : "Je ne connais pas M. Paul Claudel", Jean Royère constate le triomphe du vers librisme, prouvé en particulier par l'accueil fait au petit livre de MM. Duhamel et Vildrac... ; Les Rubriques nouvelles (1er mars). - Parlant du lyrisme transfigurateur, M. N. Beauduin vaticine : "Le Messie arrive". Ce Messie poétique dont la poésie est une "divine folie" (titre même du prochain livre de l'auteur des Triomphes) ressemble à s'y méprendre à M. N. Beauduin... - signés H. D., p. 278-280 ; Vers et Prose (janvier, février, mars) ajoute à la liste de ses collaborateurs habituels, et dont les œuvres n'ont plus besoin d'être analysées ni exaltées : Verhaeren, de Régnier, Jules Renard, Paul Fort, etc., les noms d'Edmond Gojon... ; Pan (février) publie, traduits par Valéry Larbaud, des madrigaux espagnols dont certains contiennent des images d'un coloris éclatant... ; Les Actes des Poètes s'ouvrent sur des lettres inédites de Charles-Louis Philippe, d'une simplicité émouvante et d'une déconcertante profondeur... - signés Louis Lenfant, p. 280] (p. 278-280)
*** : Salon d'Automne 1910. - Section littéraire ["Nous invitons les jeunes écrivains désireux de figurer au programme des séances littéraires du Salon d'Automne prochain à faire parvenir leurs manuscrits ou volumes (Prose et Vers), jusqu'au mois de juin, à M. Alexandre Mercereau, 88, boulevard de Port-Royal, Paris, secrétaire de la Section littéraire." (p. 280)

vendredi 21 janvier 2011

LE FRISSON ESTHÉTIQUE N°10 - AUTOMNE/HIVER 2010/2011

[Titre : LE FRISSON ESTHÉTIQUE - Sous-titre : Littérature - Arts - Gourmandise - Dates de publication : Juin-Juillet-Août 2006 (n°1) à [en cours] - Périodicité : trimestrielle (jusqu'au n°3), puis saisonnière (jusqu'au n°5), puis un numéro (n°6) en 2008, et désormais semestrielle - Lieu de publication : Agneaux (Manche) - Format : 200 x 300 mm - Couverture : imprimée en noir et couleur sur couverture papier glacé blanche et illustrée - Pagination :  variable - Prix et abonnements : Jusqu'au n°6 compris (Le numéro = 5 € - Abonnement : 1 an = 16 € - 2 ans = 30 €) ; à partir du n°7 (Le numéro = 8 € - Abonnement = 21,35 € frais de port compris - 2 ans = 40,70 € frais de port compris) - Directrice de publication : Esther Flon - Rédactrice en chef : Esther Flon - Comité de rédaction (à partir du n°3) : Arlette Albert-Birot, Martine Bel [jusqu'au n°6 compris], Christian Buat, Dominique Bussillet [à partir du n°10], Françoise Gaillard [jusqu'au n°4 compris], Mikaël Lugan [à partir du n°10], Nicolas Malais [jusqu'au n°7 compris], Jean Migrenne [à partir du n°8], Geneviève Moll, Louis  Monier, Pascale Navet [à partir du n°8], Philippe Normand [à partir du n°8], Joëlle Pagès-Pindon [à partir du n°10] -  Collaborateurs : Willy Alante-Lima, Arlette Albert-Birot, Annelisa Alleva, Garielle Althen, Marie-Louise Audiberti, Carole Aurouet, Édith Azam, Aka Bagot, Marie-Claire Bancquart, Jules Barbey d'Aurevilly, Jean-Baptiste Baronian, Sophie Bassouls, Alice Baxter, Pierre Belfond, Michel Besnier, Zéno Bianu, Julien Blaine, Fred Blanc, Évelyne Bloch-Dano, Olivier Bogros, Alain Borer, Henri Bordillon, Astrid Bouygues, Frank Bouyssou, Erik Bryngelsson, Christian Buat, Florence Burnouf, Dominique Bussillet, Michel Butor, Dominique Cagnard, Pierre Caizergues, Mireille Calle-Gruber, Cozette de Charmoy, G. O. Châteaureynaud, Noëlle Châtelet, Thierry Clermont, Sandy Cloupeau, Michel Cognet, Jean-Pierre Dall'anèse, François David, Yves Decaens, Régine Deforges, Philippe Delaveau, Marc Delouze, Jacques Demarcq, Annick Demouzon, Agnès Desarthe, Gilles Désiré dit Gosset, J.-P. Donleavy, Dominique Dou, Bruno Doucey, Ariane Dreyfus, Jean-Pascal Dubost, Léa Drucker, George Ellenbogen, Antoine Émaz, Marie Étienne, Michèle Fauverge, Laëtitia Férard, Philippe Fouchard, Henri Galeron, Jérôme Garcin, David George, Vincent Gogibu, Jacqueline Gojard, Xavier Gonzales, Remy de Gourmont, Benoît Gréan, Yves Guezet, J.-G. Gwezenneg, Robert Guyon, Hubert Haddad, Cédric Hamon, Bernard Heidseik, Julien Herichon, Françoise Herman, Loïc Herry, Nelly et Guy Herry, Anne-Sylvie Homassel, James Hynes, Miguel Isla, Jacques Izoard, Isabelle Jarry, Médéric Jeanne, Yves Jouan, Jean-David Jumeau-Lafond, Alexia Kalantzis, August Kleinzahler, Nicolas Koch, Krystina Kozuch, Daniel Krakowski, Abdellatif Laâbi, Jacques Lacolley, Isabelle Lartault, Olivier Le Cornec, Martine Le Cornec-Drucker, Pierre-Yves Le Meur, Claude Le Roy, Christian Lejalé, Huguette Lendel, Daniel Lesueur, Yves Letort, Hélène Letourmy, Sophie Loizeau, Mikaël Lugan, Nicolas Malais, Béatrice Marchal, Jean Mascolo, Pierre Masson, Olivier Maudouit, Joël-Claude Meffre, Éric-Georges Michel, Pierre Michel, Jean Migrenne, Jean Miniac, Luis Mizon, Hervé Moëlo, Geneviève Moll, Jean-Baptiste Mondino, Louis Monier, Barbara Monti, Morio, Michel Mousseau, Mehdi Moutier, Stéphan Nave, Pascale Navet, Marie Nimier, Nimrod, Bernard Noël, Philippe Normand, Amélie Nothomb, Shigeru Oikawa, Pierre Apollinaire d'Oilliamson, Gabriel Mwènè Okundji, Marc Olliver, Michel Onfray, Patrick Opezzo, Jan Owen, Joëlle Pagès-Pindon, Kyriaki Papachristodoulou, Serge Pey, Yves Peyré, Véronique Pittolo, Didier Plassard, Alexandre Poirier, Julien Poirion, Emmanuel Pollaud-Dulian, Michelle Porte, Cathy Remy, Arthur Rimbaud, Olivier Roellinger, Laurine Rousselet, Valérie Rouzeau, Claude Roy, Saint-Pol-Roux, Jason Sanford, Ruggero Savinio, Mélanie Scalone, Fabio Scotto, Sylvie Seghier, Nicolas Servissolle, Catherine Sevestre-Loquet, Jacques Signoret, Marianne Simon-Oikawa, Olle Sköld, Jean-François Solmon, Jean-François Spricigo, Jude Stéfan, Gwenaëlle Stubbe, Dominique Sylvain, Marie-Pierre Thiébault, Hamid Tibouchi, Nicolas Tourte, Florence Trocmé, Jean-Pierre Verheggen, Laurence Vielle, Villiers de l'Isle Adam, Francesco Viriat, Mita Vostok, Luc Welsing, Richard Wilbur, Mâkhi Xenakis, Catherine Zittoun - Adresse : 74 route de Coutances, BP 44, 50180 Agneaux - Adresse internet : www.frissonesthetique.com - Adresse e-mail : frissonesthetique@orange.fr - Éditeur : Éditions du Frisson Esthétique - Diffuseur : Dépositaire de presse Normandie]
LE FRISSON ESTHÉTIQUE
N°10 (Automne/Hiver 2010/2011)
[Date de publication : Automne/Hiver 2010/2011 - Couverture : Imprimée noire et mauve sur couverture papier glacé blanc illustrée ; Thème ("Sous l'angle du chat"), Sous-titre, Titre, Photo de Marie Nimier par JF Spricigo, Contenu du numéro, Prix, Date de publication, N° ISSN (1778-4352), Périodicité, Numéro, Année, Titre - 2e de couverture : "Ce dixième numéro est soutenu très haut par : Ville de Caen, Théâtre de Caen, Ville de Deauville, Bibliothèque de Saint-Lô, Centre Juno Beach, Entreprise Zanello, Beuve Images d'intérieur, Le bistrot de Paul et Roger ; illustration : photographie de chat par Louis Monier - 3e de couverture : Page présentant Quintessence (Corpus poétique des années 1947 à 2004) de Richard Wilbur, poèmes traduits de l'anglais par Jean Migrenne (Éditions du Frisson Esthétique), à paraître au printemps 2011 - 4e de couverture : Annonce (photographie pleine page de Michel Szabo) de la représentation d'Atys de Jean-Baptiste Lully au théâtre de Caen les 31 mai, 1er et 3 juin 2011 à 19h30 - Page 2 : Éditeur, Directrice de la publication, Collaborateurs au numéro, Description technique du numéro, Publicité, Rédactrice en chef, Comité de rédaction - Page 2-3 : Sommaire sur double page - Page 3 : Bulletin d'abonnement - Pagination : 80 pages]

Sommaire
Esther Flon : Le chat a perdu sa langue..., éditorial [Citation de Jean-Louis Barrault en épigraphe : "Se passionner pour tout. N'attendre rien."] (p. 1)
Marie Nimier : Le dessin de la petite fille sans trait... [Daté "17 juin 2010" ; notice de l'auteur en marge de la p. 4 ; portrait photographique de Marie Nimier par JF Spricigo p. 5 ; bibliographie p. 7 ; illustration photographique hors texte de JF Spricigo p. 8, en marge du texte p. 9 ; citations en marge et sous les photos extraites de Photo-Photo de Marie Nimier]  (p. 4-9)
PROMENADES LITTÉRAIRES
Shigeru Oikawa : Les chats de Kawanabe Kyôsai [notice sur l'auteur en marge de la p. 10 ; illustrations : Yoshitoshi, Le moine Ajari du temple Miidera transformé en rat, estampe polychrome, 1889-1892, coll. privée - Chikanobu (1838-1912), l'acteur Onoe Kikugorô V dans le rôle du chat à deux queues, estampe polychrome, 1887, coll. Engeki hakubutsukan, Univ. Waseda, Tokyo, p. 11 ; Kyôsai, Poisson-chat et chats, aquarelle, vers 1880, coll. Israel Goldman, p. 12 ; Kyôsai, Poisson-chat tendant une lettre d'amour à un chat, peinture sur rouleau, date inconnue, coll. Israel Goldman ; Kyôsai, Deux chats en train de pêcher un poisson-chat, peinture sur rouleau, date inconnue, coll. Shigeru Oikawa, p. 13] (p. 10-13)

Joëlle Pagès-Pindon : Marguerite Duras. Les chats maigres et fous de la nuit... [notice sur l'auteur en marge de la p. 14 ; portrait photographique hors texte représentant Duras et son chat, années 1950, coll. Jean Mascolo, p. 15]  (p. 14-17)

Jean Migrenne : Les chats c'est moi [photographie de chat hors texte par Louis Monier ; publications de Jean Migrenne en marge p. 20] (p. 18-20)

Mikaël Lugan : Le poète et la Chate - Récit illustré de vers des premières amours parisiennes de Saint-Pol-Roux (p. 21-24)
Geneviève Moll : Au bonheur des chats... [en marge de la p. 26, vient de paraître : Françoise Sagan racontée par Geneviève Moll, Ed. de la Martinière Styles ; en bas de p. 27, photographie de chat] (p. 25-27)
Dominique Bussillet : Quelques chats... [en marge de la p. 28, bibliographie des œuvres citées dans le texte] (p. 28-29)
NOUVELLE
Honoré de Balzac : La Maison du chat-qui-pelotte (extrait) [en marge de la p. 30, brève introduction par Dominique Bussillet] (p. 30-31)

Christian Buat : K2R ou Élucubrations d'un tuba chrétien (fantaisie eschatologique), récit [seconde partie] (p. 32-38)
POÉSIE AU MUSÉE
Cyril W. Crain : My Buddy, poème [This poem is dedicated to Fred Harris, a sergeant in the Queen's Own Rifles of Canada. Killed in action on D-Day 1944. "My Buddy".], accompagné de sa traduction par Jean Migrenne (p. 39)
CHAT, MON BEAU CHAT...
POÈMES
François David : Le minet et le domino [extrait de Zéro pour Zorro, Ed. Motus] (p. 40)

Joachim du Bellay : Épitaphe d'un chat [extrait de Divers jeux rustiques] (p. 40)

Catherine Zittoun : Les chapitres (p. 41)

Charles Cros : Coin de tableau. Sensation de haschich [extrait de Le coffret de Santal] (p. 41)

Jean Rostand : C'est un petit chat noir... (p. 41)

Laurence Vielle : Le poème du chat et de la fille de joie (p. 42)

Marie-Claire Bancquart : Lamento pour Châtaigne (p. 43) [dans la moitié inférieure de la page, citation de Colette extraite de L'Étoile Vesper, et photographie de Bertrand de Jouvenel représentant Colette et son chat en 1916]

August Kleinzahler : Avant l'hiver (p. 44-45) ; Fin d'automne au chat [épilogue] ; A mon chat William [pavane pour un vieux père et un chat défunts] (p. 46) [traductions inédites de Jean Migrenne] (p. 44-46)

Jean Cocteau : Chat [extrait de Vocabulaire] (p. 47)

Loïc Herry : Fracas blancs sur la ville... (p. 47)

Hubert Haddad : Il y a des chats partout dans mes textes... (p. 47)

Georges Brassens : Pourquoi je l'aime [portrait photographique de Georges Brassens par Louis Monier] (p. 47)
POUR ARLETTE ALBERT-BIROT
Joëlle Pagès-Pindon : A A B, poème [portrait photographique d'Arlette Albert-Birot par D. R., légendé : "Arlette Albert-Birot nous a quittés les 2 juillet 2010. Elle avait enseigné la poésie moderne et contemporaine à l'École Normale Supérieure. Depuis sa création en 1981, elle présidait au Marché de la Poésie" ; note signée E[sther]. F[lon].] (p. 48)

Serge Pey : Tutoiement pour Arlette Albert-Birot mon amie, poème (p. 49)
D'ART ET D'AMOUR
Jean-François Spricigo : Chats, photographies (p. 50-51)

Jean-François Spricigo : Hiko [photographie du chien Hiko par JF Spricigo ; notice sur l'auteur, p. 53] (p. 52-53)

*** : Xavier Gonzales [présentation de l'artiste et illustrations de son travail] (p. 54-55)

*** : L'Usine Utopik [présentation et illustrations de plusieurs travaux d'artistes résidents : Nicolas Koch, Nicolas Tourte, Sandy Cloupeau, Cédric Hamon, Laëtitia Férard, Miguel Isla, Médéric Jeanne] (p. 56-57)
SUR LES PLANCHES
Philippe Normand : Foujita comme un chat à Deauville [portrait photographique représentant Foujita et son chat en marge de la p. 59] (p. 58-59)
IMPRIMERIE GOURMONTINE
Vincent Gogibu : Du chat comme critique littéraire [illustrations : Logement du philosophe par André Rouveyre, p. 60 ; Remy de Gourmont par Raoul Dufy, p. 61 ; Remy de Gourmont chez lui par André Rouveyre, p. 63] (p. 60-63)
AUTRES ESCAPADES
Geneviève Moll : Humeurs vagabondes... [L'exposition L'or des Incas ; l'Association Musique et Patrimoine et l'ensemble Calliopée ; Maillard et Pascal Cuart à l'Atelier chez Isabelle Anfray ; Le gourmet diabétique par Yves de Saint Jean ; Amenhotep, le devin d'Égypte par Pauline Gedge ; Resplandy par Yves Bichet ; Photo-photo par Marie Nimier ; illustrations marginales] (p. 64-69)
LANGUES-DE-CHAT ET AUTRES MADELEINES
Hélène Letourmy : Mes carnets retrouvés..., recettes [Meringues, Langues-de-chat, Madeleines, Chocolat chaud] (p. 70-71)
FEUILLETON
Daniel Lesueur : Nietzchéenne (9e partie), roman [à suivre] (p. 72-79)
DERNIER FRISSON
Anna de Noailles : La chatte persane, poème (p. 80)

jeudi 20 janvier 2011

LE DÉCADENT (2e SERIE) N°8 - 1er/15 AVRIL 1888

[Titre : LE DÉCADENT - Sous-titre : Revue Littéraire Bi-Mensuelle - Dates de publication (2e série) : Décembre 1887 (n°1) à 1er-15 avril 1889 (n°32) - Devient : La France Littéraire, Philosophie-Critique-Sociologie (numérotation suivie) - Périodicité : bi-mensuelle - Lieu de publication : Paris - Format : 118 x 182 mm - Couverture : imprimée en noir sur couverture jaune - Pagination :  16 pages ; pagination d'abord recommencée à chaque numéro puis suivie - Prix et abonnements : Le numéro = 15 centimes ; Abonnements : France (6 mois = 2 francs ; Un an = 4 francs), Étranger (Un an = 5 francs) - Directeur-Gérant : Anatole Baju - Collaborateurs : G. Albert-Aurier, Léo d'Arkaï, Anatole Baju, Martial Besson, George Bonneron, Général Boulanger, Boyer d'Agen, André de Bréville, Louis-Pilate de Brinn'Gaubast, Augustin Chaboseau, Émile Cottinet, Mitrophane Crapoussin [pseudonyme collectif], Charles Darantière, Louis Dumur, Marc d'Escaurailles, Gisèle d'Estoc, Théodore Falen, Auguste Fourès, Georges Fourest, Valère Gille, Antoni Lange, Albert Lantoine, Norbert Lorédan, Jean Lorrain, Louis II de Bavière, Jules Maus, Félix Moore, Maurice du Plessys, Pombino, Louis de Saint Jacques, Laurent Tailhade, Ernest Raynaud, Jules Renard, Arthur Rimbaud [des faux], Francisque Sarcey, J.-L. Thomas, Raoul Vague, Paul Verlaine, S. Versini, Louis Villate - Adresse : 54, boulevard de la Chapelle, Paris - Dépositaire : Léon Vanier, 19, quai Saint-Michel, Paris - Imprimé sur les presses de l'Imprimerie moderne, 54, Bd de la Chapelle (dir. : Alexandre Mayon)]
LE DÉCADENT
N°8 (1er-15 avril 1888)
[Date de publication : 1er-15 avril 1888 - Couverture : Troisième Année, Numéro, Date, 2e Série, Titre, Sous-titre, Directeur, Prix du numéro, Sommaire, Adresse, Dépositaire - 2e & 3e de couverture : muette - 4e de couverture : Titre, Périodicité, Abonnement ("On s'abonne sans frais chez Vanier, dans toute les librairies et aux bureaux de poste"), Insertions gratuites ("(demander les programmes aux adresses) / La Revue littéraire et artistique du Centre organise son premier grand concours littéraire (prose et poésie) 40, Avenue de Juillet à Limoges / L'Alouette ouvre son troisième concours littéraire et artistique : prose, poésie, musique, théâtre. Saint-Florentin, Yonne"), "Le Décadent se vend dans tous les Kiosques. Gares et Librairies de Paris et de la province et à l'Étranger dans les villes suivantes : [suit la liste des villes], Imprimeur - 4 pages bleues non paginées, les deux premières en tête de n°, les deux dernières en fin : page [I] (Tirage justifié : 6000 exemplaires / Grand succès décadent ! 4e édition ! L'ÉCOLE DÉCADENTE par Anatole Baju, Prix : 60 centimes, L'École décadente est le résumé historique du mouvement littéraire de notre époque. Origine de la nouvelle École, esthétique décadente, personnalités marquantes de la jeune génération : tout y est. Ce livre est indispensable à tous les jeunes écrivains ainsi qu'à ceux qui veulent porter un jugement sur les tendances de la littérature contemporaine. / Il reste encore quelques collections de l'ancien Décadent (35 n°) au prix de cinq francs l'une. / Il est fait mention de tous les livres, journaux ou revues qui nous sont envoyés. / Imprimerie Moderne, 54, boulevard de la Chapelle, 54. A. Mayon. LImprimerie du "Décadent" grâce à des procédés nouveaux dont elle a seule le secret, se propose d'éditer à des prix extraordinairement modérés toutes sortes de travaux, tels que livres, romans, revues et journaux, brochures en tous genres, catalogues, pièces de théâtre, saynètes, monologues, nouvelles, etc. etc. Spécialité de brochures littéraires. Aperçu de quelques prix : Journaux depuis 20 f. - Brochures depuis 10 fr. On traite par correspondance) ; page [II] (Librairie Léon Vanier, 19, Quai Saint-Michel, Paris. Suit une liste d'ouvrages publiés par l'éditeur de : Verlaine, Huysmans, Ernest Raynaud, Jean Moréas, Maurice Barrès, Jean Ajalbert, Noël Loumo, Henri de Régnier, Hugues Rebell, André Mellerio, Mac-Nab, Benjamin Pifteau, F. Fouquet, E. Cavailhon, Charles Pitou, Auguste Dupon, Émile Rolival, Francis Vielé-Griffin, Louis Lamy, Laurentin Forgues, Saint-Eman, Léo Trézenik, G. Audigier, G. Dorival, Anatole Baju) ; page [III] (Bibliographie. Livres parus dont nous reparlerons. Suit une liste d'ouvrages) ; page [IV] (A travers les revues : Une importante publication littéraire vient de se fonder à Porto : la Revista Moderna sous la direction de M. Heliodoro Salgado et avec l'éminente collaboration de M. Xavier de Carvalho, le spirituel chroniqueur de la Provincia ; La Revue Socialiste dirigée par Benoît Malon est un recueil d'études sociales du plus haut intérêt. M. Léon Cladel y publiait dans le dernier n° un extrait de son livre paru chez Dentu où j'ai lu cette phrase impressionniste : les sergents de ville taciturnes, et racornis attristaient les rues... ; On annonce pour paraître à Vitry-le-François l'Est littéraire, nouvelle revue dirigée par M. Jaquinot d'Oisy ; Le Coup de feu, revue littéraire et socialiste justifie ses deux qualificatifs... ; La Revue Nationale des Jeunes vient de paraître à Romans... / Vient de paraître chez Léon Vanier : Amour par Paul Verlaine. Volume de Poésies in-18 jésus. Prix : 3 francs) - Pagination : 16 pages]
Sommaire
Anatole Baju : AMOUR par Paul Verlaine (p. [1]-4)
Laurent Tailhade : Le Blason de Flore, poème [To Mary in Heaven - citation de Virgile en épigraphe : Dic quibus in terris inscripti nomina regum Nascantur flores.]  (p. 4-7)

Ernest Raynaud : L'œuvre nouvelle de M. Sully Prudhomme [La suite au prochain numéro] (p. 7-11)

Louis Villatte : M. Georges Ohnet et la Critique (p. 11-12)

S. Versini : Abstine, sonnet [A Antoine Martini] (p. 13)

A[natole]. B[aju]. : M. Zola et l'Idéal (p. 13-15)
A[natole]. B[aju]., Pombino : Revue Générale - Échos [Le Monde Nouveau, par Louise Michel est un réquisitoire farouche contre notre société en liquéfaction. La courageuse femme a le tort, paraît-il, de ne pas trouver parfait le Monde où nous vivons. On n'a qu'à lire son livre et on verra qu'elle pourrait bien avoir raison... ; Le Pays natal de Boyer d'Agen, si délicatement édité chez Havard obtient un vif succès... ; M. René Ghil s'est vanté dans la Wallonie d'avoir repoussé des avances que je lui aurais faites au sujet de ma revue, le Décadent. M. Ghil a effrontément menti. - signé A. B., p. 15 ; M. Léo d'Arkaï va publier prochainement IL***, livre aussi étrange et curieux que son titre ; M. Édouard Rod vient de faire une conférence sur Paul Verlaine et l'École décadente. Cette conférence sera publiée prochainement ; Nous avons le plaisir d'annoncer à nos lecteurs que M. Laurent Tailhade absent depuis longtemps est enfin de retour à Paris où il se fixe définitivement. Notre collaborateur publiera dans le Décadent des études littéraires du plus haut intérêt ; La santé de M. Paul Verlaine ne laisse plus rien à désirer. Le Maître a inauguré à son domicile, 14, rue Royer-Collard des mercredis littéraires où il reçoit ses amis avec son habituelle bonhomie et sa franche gaieté ; Encouragé par le succès du Signe, M. Ernest Raynaud se propose de publier prochainement un nouveau recueil de poésies dont le titre est encore un secret ; Dans les Hommes d'aujourd'hui, charge de Willette par Luque avec biographie de Pierre et Paul... ; A partir du n° 11, le Décadent paraîtra en un format agrandi et élevé à 24 pages, sans augmentation de prix. C'est assez dire le succès qu'obtient notre revue. Nous espérons même grâce, à une vente prodigieuse, arriver à lui donner 32 pages dans les mêmes conditions /note du blogueur : le format et le nombre de pages ne varieront pas/ - signé Pombino, p. 16] (p. 15-16) [bas de page : "Rédaction : le dimanche de 10 h. à midi, et le vendredi de cinq à sept."]
Lien
A lire, sur l'excellent blog "Bohème littéraire", une bibliographie du Décadent et le très-documenté triple billet consacré à Anatole Baju, "Anatole Baju, portrait d'un décadent".

mercredi 12 janvier 2011

L'ESSOR N°9 - JUIN-JUILLET 1913

[Titre : L'ESSOR - Sous-titre : Revue littéraire - Dates de publication : Mai 1912 (n°1) à Juin-Juillet 1913 (n°9) - Périodicité : bimenstrielle - Lieu de publication : Paris - Format : 165 x 254 mm - Couverture : imprimée en rouge et noir sur couverture crème - Pagination :  variable ; pagination suivie - Prix et abonnements : Abonnement (France) = 3 fr. ; Abonnement (Étranger) = 3 fr. 50 ; Édition de Luxe sur papier de Chine (supplément de 2 fr. 50) - Fondateurs : J. Wagner, J.-M. Renaitour, Ch. Rouault - Rédacteur en Chef : Jean-Michel Renaitour - Collaborateurs : G. Arthuis, G. Avesque, R. Brunon, Jean Cassou, Dorsennus, R. Dreyfus, Émile Faguet, Paul Fort, Henri-E. Gounelle, M. Jay, A. Johannet, Olivier Hourcade, V. Jacquet, Francis Latouche, Abel Léger, F. Massé, J. Noury, J.-M. Renaitour, G. Robert-Degasches, J.-Ch. Reynaud, Sylvain Royé, Han Ryner, Édouard Schuré, Gustave-Louis Tautain, Jean Thogorma, J. Wagner, etc. - Adresse : Rue Sedaine, 57, Paris - Dépositaire Général : E. Figuière, Éditeur, Rue Corneille, 7, Paris (pour l'année 1913) -  Gérant : H. Répessé - Imprimé sur les presses de l'Imprimerie Répessé, Cassel et Cie (Arras)]
L'ESSOR
N°9 (Juin-Juillet 1913)
[Date de publication : Juin-Juillet 1913 - Couverture : 2e Année, Date, Numéro, Titre, Sous-Titre, "Numéro Spécial consacré à Nicolas Beauduin", Sommaire, Adresse de la Direction, Dépositaire Général, Prix du numéro (Un franc) - 2e de couverture : Abonnement, Présentation de la Revue ("L'ESSOR Revue littéraire, artistique et théâtrale (paraissant six fois dans l'année), accueille tous les talents. / Aucun article publié n'est payé. / L'ESSOR ne publie que de l'inédit. / Tous les genres littéraires trouvent place dans ses pages. / Les auteurs gardent la responsabilité de leurs œuvres. / Les manuscrits ne sont pas rendus. / La reproduction de tout ce qui est publié dans L'ESSOR n'est autorisée qu'avec l'indication d'origine. / Joindre un timbre de 0 fr. 10 à toute demande de renseignements, à tout envoi de manuscrits, etc. / Il sera rendu compte de tous les volumes et de toutes les revues envoyés à la Rédaction, 57, rue Sedaine, Paris. / Pour tout ce qui concerne la Rédaction et l'Administration, s'adresser à J.-M. Renaitour, 57, rue Sedaine, Paris."), Rubriques ("Voici comment sont distribuées les Rubriques de L'ESSOR pour 1913 : Les Poèmes - J. Wagner ; Les Romans - M. Jay ; La Littérature - Henri-E. Gounelle ; La Philosophie - G.-L. Tautain ; L'Histoire - R. Dreyfus ; Les Arts - R. Brunon ; La Musique - J. Noury ; Les Théâtres/Les Revues - J.-M. Renaitour"), "M. J.-M. Renaitour reçoit chez lui le dernier Vendredi de chaque mois, de 4 heures à 6 heures" , "La collection complète de L'ESSOR de l'année 1912 est envoyée franco contre la somme de 2 fr. 50 en timbres. On y lit des articles d'Émile Faguet (de l'Académie française), d'Édouard Schuré, du Pasteur Charles Wagner, de Han Ryner, d'Olivier-Hourcade, de Gustave-Louis Tautain, de Marcel Jay, de J.-M. Renaitour, etc..." - 3e de couverture : Sommaires des n°7 (février 1913) et 8 (avril 1913), Encart pour La Vie des Lettres, collection anthologique et critique de haute littérature et d'art publiée sous la direction de Nicolas Beauduin - 4e de couverture : Publicités ("Amateurs photographes ! Employez Plaques et Papiers "As de Trèfle", Papiers et Produits "Tambour" ; Lentilles Laxatives Gustave Chanteaud ; L'Astrée, Société d'encouragement aux jeunes auteurs, créée pour faciliter la représentation devant la critique et devant le public ; Le Courrier de la Presse ; Le Cercle Littéraire "La Biche" ; La Revue "Hermès") ; Liste des "Revues à lire" ; mentions ("Les annonces sont reçues par lettre à la direction de L'ESSOR. L'ESSOR n'accepte aucune publicité dans ses pages de texte." ; "Il n'est pas répondu aux lettres ne contenant pas de timbre. - Tous les collaborateurs sont instamment priés de joindre un timbre à leur envoi de manuscrits." ; "Sans aucuns frais supplémentaires, L'ESSOR est fourni rogné aux abonnés qui en font la demande.") - Pagination : 40 pages]
Sommaire
Hors Texte : Portrait photographique de Nicolas Beauduin [autographe de Nicolas Beauduin sous le portrait : "A Renaitour / avec tous mes remerciements / Nicolas Beauduin"]
Jean-Michel Renaitour : Nicolas Beauduin  (p. [45]-49)
OPINIONS SUR NICOLAS BEAUDUIN
L'Essor a demandé à un certain nombre de personnalités littéraires de vouloir bien exprimer leur sentiment sur l'œuvre de Nicolas BEAUDUIN. Nous publions ci-après les réponses parvenues :
Réponses de : Émile Bernard, W. Berteval (p. [50]), Jules Bois (p. [50]-51), Roger Brunon (p. 51-52), Jean Florence (p. 53), Manoël Gahisto (p. 53-54), Fernand Gregh (p. 54), Gaston Picard (p. 54-55), Auguste Pujolle, Rédacteur en Chef de Burdigala (p. 55), Romain Rolland, Edmond Rocher (p. 56), Lucien Rolmer, Rédacteur en Chef de La Flora (p. 57-59), Han Ryner (p. 59-60), Gaston Sauvebois (p. 60-61), Émile Sicard, Directeur du Feu (p. 61), Gustave-Louis Tautain (p. 61-62), Jean Thogorma (p. 62-64), Jean Wagner (p. 64)

Lettres de : Juliette Adam [28 décembre 1912] (p. 65), Paul Adam [11 avril 1913] (p. 65-66), Auguste Aumaître [3 mars 1913] (p. 66), Léon Bocquet, Directeur du Beffroi [12 février 1913] (p. 66-67), Henry Bordeaux [18 avril 1913] (p. 67-68), G.-H. Brand [7 avril 1913] (p. 68), Georges Robert-Degasches [17 avril 1913] (p. 68-69), J.-J. Van Dooren [2 mai 1913], Auguste Dorchain [31 janvier 1913] (p. 69), Dorsennus [1er février 1913] (p. 70), Louis Estève [6 avril 1913] (p. 70-71), René Fauchois [9 avril 1913] (p. 71), Paul Fort [2 avril 1913], Ernest Gaubert [10 février 1913], Olivier-Hourcade [29 décembre 1912 - Pax] (p. 72), Marcel Jay [10 avril 1913], Paul-Hyacinthe Loyson, Directeur des Droits de l'Homme [18 février 1913], Pierre Mille [28 décembre 1912], Comtesse de Noailles [3 janvier 1913] (p. 73), Henri de Régnier, de l'Académie Française [2 février 1913], J.-Ch. Reynaud [21 avril 1913] (p. 74), Maxime Revon [12 mai 1913], Paul-Napoléon Roinard [15 janvier 1913] (p. 75), J.-H. Rosny aîné [10 janvier 1913], St Georges de Bouhélier [5 février 1913], Paul Souday [4 février 1913] (p. 76)

Nicolas Beauduin : Ode aux Poètes nouveaux, poème (p. [77]-79)

Nicolas Beauduin : Vision de la Cité future, poème [A mes Amis] (p. [80]-84)
Document iconographique
Portrait et autographe hors texte de Nicolas Beauduin

mardi 11 janvier 2011

LE RYTHME N° SPECIAL HAN RYNER - 10 OCTOBRE 1912

LE RYTHME
N° SPÉCIAL NON NUMÉROTÉ (10 octobre 1912)
[Date de publication : 10 octobre 1912 - Couverture (grise) : "Han Ryner prince des conteurs", "Han Ryner / L'Homme & L'Œuvre", Sommaire, Titre, Sous-titre ("Périodique, Arts, Lettres, Actualités"), Adresse, Dépositaire, Prix du numéro - 2e de couverture : Titre, Adresse, Vient de paraître ("Le Semeur de Sable" par Banville d'Hostel / Un volume : 3 fr. 50 / chez E. Figuière & Cie, 7, Rue Corneille, Paris VIe / En vente au Rythme, 7, Quai Voltaire et dans toutes les Bonnes Librairies / Des vers de la plus rigoureuse forme fixe et des poèmes de la plus franche autonomie, forment la substance animée et diverse de ce livre... / En appendice, il faut lire une très convaincante et très documentée défense de la poétique novatrice."), Livres Reçus (Han Ryner. - Les Paraboles Cyniques. Figuière, éditeur ; Gabriel Clouzet. - Jeanne Moreau. Figuière, éditeur ; René Lançon. - Les Fleurs qui s'ouvrent (poème). Sansot, éditeur ; Joseph Dally. - Le Vitrail brisé (poème). Sansot, éditeur ; Jacques Jary. - Essai sur l'Art et la Psychologie de Maurice Barrès. Émile-Paul, éditeur ; André Barre. - Le Symbolisme. Jouve, éditeur ; Georges Pierredou. - Amour de Chateaubriand. Sansot, éditeur ; Alphonse Séché. - Les plus jolis vers de l'année. Louis Michaud ; Philéas Lebesgue. - A plein vol (poème) ; Georges Normandy. - L'Automne d'une fille. Méricant, éditeur ; Georges-Bazile. - Poèmes en prose de Oscar Wilde (traduction). Figuière, éditeur ; Carlos Larronde. - Ferveur (poèmes) ; Florian-Parmentier. - L'Art et l'Époque. Gastein-Serge, éditeur ; Henri de Lisle. - La Sage Ardeur (poèmes). Édition du Beffroi ; E. Ch. Athanoniadès. - Les Petites Elégies. Georges Crès, éditeur ; Pierre-Charles Jablonski. - Lueurs (poèmes). Figuière, éditeur ; Henri-Martin Barzun. - Hymne des Forces. Mercure de France ; Gérard de Lacaze-Duthiers. - La Liberté de la Pensée) - 3e de couverture : Sommaire du Dernier Numéro ; publicité pour "Dard Frères, Photographes" ; "Demandez chez Figuière & Cie : La Joie des Yeux de M.-C. Poinsot ; Jeanne Moreau de Gabriel Clouzet ; Amour Étrusque de J.-H. Rosny, aîné ; Les Paraboles Cyniques de Han Ryner ; La Guirlande Sauvage de J. Fréhel" ; "Chez Gastein-Serge : L'Art et l'Époque par Florian-Parmentier ; Le Temple qu'on rebâtit par M.-C. Poinsot" ; Les Revues : [suit la liste des revues reçues]), Adresse, Marque graphique de "L'édition de Paris" - 4e de couverture : Illustration centrale représentant deux chapiteaux de colonnes, signée G. L[ecornu]., Imprimeur - Page de faux-titre : Titre, Illustration pleine page de G. Lecornu, Titre, Sous-titre, Adresse, Date, Prix du N° de Luxe (2 fr..) et du N° ordinaire - Verso du faux-titre : Annonce pour le Banquet offert à Han Ryner, Prince des Conteurs Sous la Présidence de J.-H. Rosny, Aîné, le dimanche 10 novembre, à midi, dans les salons Véfour, Palais-Royal, Galerie de Valois. (Détail des Comités de Patronage et d'Organisation) - 2 pages en fin de numéro (appartenant au même feuillet que le faux titre) : page I (Œuvres de Han Ryner [bibliographie] ; réclames pour Les Loups, Journal d'Action d'Art (5e année), A. Belval-Delahaye, Directeur, La Plume, La Copie, Paul Hébert, Rédacteur en Chef, Les Hommes du Jour, Le Figuier, Bulletin officiel de la Librairie E. Figuière ; Publicités pour Le Courrier de la Presse et Argus de la Presse ; Erratum : "En l'article G. et E. Simon-Savigny, Page 22, ligne oubliée lire... et qu'Han Ryner parla d'abondance, avec très peu de notes") ; page II (Publicités pour les Chemins de Fer de Paris-Lyon-Méditerranée et le Chemin de Fer du Nord) - Page [1] : Titre en en-tête - Pagination : 32 pages non numérotées]
Sommaire
Banville d'Hostel : Le Prince des Conteurs [avec un portrait de Han Ryner signé F[lorian] P[armentier] en tête d'article, et un portrait-charge de Ryner par Rosas en pied] (p. [1]-[4])
Han Ryner : Fragments rarissimes ["La plupart des premières œuvres  de Han Ryner étant actuellement introuvables, nous nous félicitons de pouvoir en donner quelques fragments caractéristiques."] : extrait de Ce qui meurt, poèmes en prose (Minet, Le don des larmes, Le matin - p. [5]) ; La Folie de Misère, roman (p. [5]-[6]) ; Contre les Dogmes (p. [6])
Han Ryner : "Les Pacifiques", pages inédites [précédées d'un autographe de Han Ryner présentant lesdites pages] (p. [7]-[9])

Florian-Parmentier : Le Polémiste et le Critique [dessin de M. E. Krouglicoff dans le texte, p. [11]] (p. [10]-[13])

M.-C. Poinsot : Le Conteur et le Romancier [dessin de Lucien Jonas, Han Ryner, hors texte, p. [17]] (p. [14]-[18])

Maurice Privat : L'Auteur dramatique (p. [19]-[21])

G. et E. Simon-Savigny : L'Orateur (p. [21]-[22])
Jacques Fréhel : Le Philosophe (p. [23]-[24])
Gabriel Clouzet : L'Homme de cœur (p. [25]-[26])
*** : Curiosités et Indiscrétions [Les pseudonymes de Han Ryner ; Le père de Han Ryner ; Les projets de Han Ryner] (p. [26]-[27])

Han Ryner : Deux Poèmes : Pouèmo en proso (pauseto) [signé Enri Ner], La Vieillesse [signé Han Ryner] (p. [27])
NOTRE ENQUÊTE
HAN RYNER DEVANT L'OPINION
(p. [28]-[32])
J.-H. Rosny (aîné), Henri Duvernois, Sébastien-Charles Leconte, Paul Fort, Remy de Gourmont, Jean Royère (p. [28]), Georges Bazile (p. [28]-[29]), Maurice Beaubourg, Jules Bois (p. [29]), Paul Brulat, Philéas Lebesgue, Belval-Delahaye, Alexandre Mercereau, Manuel Devaldès (p. [30]), Jean Ott, Paul Reboux, Gustave-Louis Tautain, Guy Lavaud, Étienne Bellot (p. [31]), André du Fresnois, Georges Le Cardonnel, Félix Pagan (p. [32])

*** : Essai de Bibliographie [références d'articles de journaux et revues sur Han Ryner] (p. [32])
Dard : Han Ryner, portrait photographique hors texte (feuille volante)
Documents iconographiques
Page de faux-titre illustrée par G. Lecornu
Page d'annonce pour le Banquet Han Ryner
Portrait photographique hors texte de Han Ryner, par Dard